Activision Blizzard fait face à des accusations de violation syndicale et d’intimidation dans une nouvelle action en justice

0
21

L’été mouvementé d’Activision Blizzard n’est pas encore terminé, car la société fait maintenant face à un autre procès majeur, déposée dans cette affaire par les propres employés de l’entreprise en tant que syndicat Communications Workers of America (CWA). Le procès pour discrimination à la bombe intenté contre Activision Blizzard en juillet a déclenché des actions des employés de l’éditeur non syndiqué, notamment une grève d’une journée et la fondation de Un meilleur ABK, qui vise à plaider pour de meilleures conditions de travail.

La prochaine étape logique pourrait être une syndicalisation complète, mais selon le CWA, Activision Blizzard a tenté de tuer cela dans l’œuf en «surveillant les employés, en les interrogeant, en proférant des menaces et en promettant des avantages». Le CWA a également critiqué l’embauche par Acti-Blizz du cabinet d’avocats WilmerHale pour effectuer un audit, car ils ont acquis la réputation de se soucier davantage de lutter contre la syndicalisation que de découvrir les actes répréhensibles. Le directeur organisateur de CWA, Tom Smith, n’a pas ménagé son évaluation du comportement d’Acti-Blizz…

Call of Duty: Vanguard Beta Weekend 2 ajoute la recherche et la destruction, une autre carte et plus encore

La direction aurait pu réagir avec humilité et avec la volonté de prendre les mesures nécessaires pour remédier aux conditions horribles de certains [Activision Blizzard] les travailleurs ont été confrontés. Au lieu de cela, la réponse d’Activision Blizzard à l’activité juste des travailleurs a été la surveillance, l’intimidation et l’embauche de briseurs de syndicats notoires.

Bien sûr, le CWA a un chien dans ce combat, mais que vous soyez pro-syndical ou non, le genre de coercition brutale qu’ils décrivent n’est pas quelque chose qu’un employé devrait avoir à affronter. Activision Blizzard n’a pas encore répondu publiquement à cette histoire. Comme tous les procès auxquels ils sont actuellement confrontés, celui-ci passera devant les tribunaux.

Pour ceux qui n’ont pas suivi le rythme, le département californien de l’emploi et du logement équitables (DFEH) a déposé une plainte contre Activision Blizzard, alléguant une discrimination fondée sur le sexe et un harcèlement sexuel chez l’éditeur Call of Duty et World of Warcraft. La réponse officielle d’Activision Blizzard à la poursuite accuse la DFEH de « dénaturer […] et fausses » descriptions et insiste sur le fait que l’image peinte n’est « pas le lieu de travail Blizzard d’aujourd’hui ». Une lettre ouverte d’objection à la réponse officielle a été signée par des milliers d’employés actuels et anciens d’Acti-Blizz, entraînant un débrayage des travailleurs. Le PDG d’Acti-Blizz, Bobby Kotick, finira par s’excuser pour la réponse initiale de l’entreprise, la qualifiant de « sourd de ton ». Plusieurs employés de haut rang de Blizzard, dont l’ancien président J. Allen Brack et Diablo IV et les chefs d’équipe de World of Warcraft ont démissionné ou ont été licenciés, leurs noms ayant été supprimés pour certains personnages.