Affaire Nana Sandjo : Pourquoi son passeport a été restitué

Après deux ans d’une longue procédure, les enquêteurs du Contrôle supérieur de l’Etat ont finalement remis leurs conclusions à la présidence de la République.

Interpellé le 31 août 2016 aux environs de 04 heures du matin alors qu’il se rendait en hexagone via un vol de Royal Air Maroc, son passeport lui avait été retiré par les éléments de la police des frontières de l’aéroport international de Douala.

Cette décision d’interdiction de sortie du territoire camerounais avait été prise depuis le 24 août 2016, avait-on appris, sur recommandation du Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe) et ce, après le limogeage de Jean Paul Nana Sandjo comme Dg de Camair-Co au cours d’un conseil d’administration tenu le 22 août 2016. Il s’en est suivi un lynchage médiatique au motif de ce que l’ancien maire de Bazou était au cœur d’un vaste détournement de deniers publics, d’où la rumeur sur sa pseudo tentative de fuir le Cameroun par l’aéroport international de Douala avec un imaginaire passeport américain.

Après la restitution du passeport de Nana Sandjo, il fait ainsi son entrée dans le club select des gestionnaires de la fortune publique qui ont réussi à passer dans les filets des fins limiers du Consupe. Des sources au Consupe et au Tribunal Criminel Spécial affirment que le contrôle supérieur de l’Etat sous l’ère de la magistrate Mbah Acha a nettement évolué dans les procédures d’instruction et la célérité dans le traitement des dossiers. Les mêmes sources indiquent que c’est depuis près d’un mois que le rapport de la mission du Consupe dépêchée à Camair-Co a été bouclé et transmis au président de la République. C’est alors que le véritable patron du Consupe, Paul Biya, au vu des conclusions de l’enquête, aurait demandé que le passeport de Nana Sandjo lui soit remis.

Nommé  le 25 juin 2014 à la tête de la compagnie aérienne nationale du Cameroun, Jean Paul Nana Sandjo a passé des moments tumultueux à Camair-Co avec des batailles à n’en plus finir jusqu’à son limogeage le 22 août 2016. De nombreux détracteurs tapis au sein de l’entreprise et au cœur du sérail avaient tôt fait de distiller au sein de l’opinion nationale et internationale que son départ était la conséquence d’une mauvaise gestion de la compagnie, ponctuée par des détournements des deniers publics.

A l’annonce de la nouvelle de la restitution de son passeport qui fait le tour des réseaux sociaux, de nombreux experts du monde de l’aviation se demandent finalement pourquoi il a été sacrifié et humilié alors qu’il venait de boucler le plan de relance de Camair-Co avec Boeing Consulting et n’attendait que la mise à disposition du financement promis par le Chef de l’Etat pour le décollage effectif de l’Etoile du Cameroun. Malheureusement, depuis son départ, la compagnie peine toujours à décoller.