«Le begaiement n’est ni un tabou ni une fatalité»

Orthophoniste rééducateur, Jacob Soh soulage au quotidien des enfants et adultes qui souffrent de begaiement, retard de langage, perte de voix ou de parole, inattention et agitation, articulation des sons, lecture, écriture ou calcul, surdité. Il donne quelques conseils dans cette entretien accordé à Info-cameroun.com.

Monsieur Soh, que doit-on entendre par troubles du langage ?

Par cette expression, nous entendons des personnes qui ont une incapacité à organiser mentalement ou psychologiquement les données favorables pour pouvoir mieux organiser leurs vies. C’est quelqu’un qui a un déficit intellectuel, moteur ou psychomoteur ; parfois, il a un problème sur le plan de construction syntaxique ou morphologique à pouvoir organiser ou à élaborer certaines phrases, un retard des acquisitions des organisations motrices liées parfois à un dysfonctionnement neuromusculaire, neuro développemental ou neuro fonctionnel. Le langage se situe sur l’aspect oral communément appelée expression orale et l’aspect écrit qui se distingue par un code phonologique qui peut être situé sur le plan réceptif. C’est la mémoire centrale qui doit nous situer par rapport à ce qu’on doit dire ou une question à laquelle on doit répondre.

De quel type de troubles souffrent la plupart des patients que vous recevez?

Nous recevons plus des enfants victimes de retard de parole jusqu’à l’âge de trois ans. Nous enregistrons également des cas de retard de langage et de bégaiement. Tous font partie des troubles de parole ; certaines personnes ayant beaucoup crié dans l’enfance ont parfois des dysphonies. D’autres ont des problèmes sur le plan de l’écrit, de l’orthographe. A ce moment, l’orthophoniste est obligé de travailler avec des psychologues, des pédopsychologues ou des neuropsychologues pour pouvoir poser un diagnostic du quotient intellectuel.
Nous recevons des personnes qui ont perdu la parole après un Avc. Quand il ya complication dans ces cas, on peut arriver à la sécrétion salivaire. Il faudrait remédier le handicap.

Mr Jacob Soh face aux médias après une campagne de dépistage

Combien de temps faut-il à une victime d’Avc pour pouvoir retrouver la parole perdue ?

Le neurologue et le cardiologue agissent premièrement avant l’intervention de l’orthophoniste. Il faudrait savoir s’il s’agit d’un Avc ischémique ou neurologique ; si la mémoire centrale a été touchée, partiellement ou entièrement. Bref, si les données sont bien collectées, la personne peut retrouver sa parole après deux, trois, huit mois ou un an de traitement en fonction des cas.Lorsque la mémoire n’est pas atteinte, la victime commence à balbutier ou à bégayer au bout de deux mois. Un patient motivé aura du sourire en un laps de temps.

Le bégaiement est-il héréditaire, acquis ?Y-at-il un âge à partir duquel on ne peut plus rien pour le patient?

On ne nait pas bègue, on le devient de nos jours. A son jeune âge, l’enfant de deux ans ou deux ans et demi à la recherche de la construction des phrases commence à buter sur les mots. Il faudrait repérer le bégaiement dès le début de la parole chez certains. Néanmoins, il ya une proportion de 70 % de cas de bégaiement qui vont jusqu’à l’âge de sept ans et 30% des cas jusqu’à l’âge de dix ans. Il existe également des cas de bégaiement chez certains adultes par exemple au sortir d’un Avc ou d’un coma. En ce moment, on parle d’un bégaiement acquis. Le bégaiement ne nuit pas à l’intelligence. C’est lorsqu’un bègue est en situation communicationnelle qui éprouve des difficultés notamment au téléphone puisqu’il ne voit pas l’interlocuteur actif. Il chante sans problème parce que tout est organisé dans la tête.

C’est quoi un orthophoniste ?

C’est un professionnel paramédical de la santé qui s’occupe des pathologies de la voix, de la parole et du langage. Il est situé au centre neurologique, social et éducatif. Il travaille en collaboration avec tous les médecins. Les troubles de parole et de langage ne constituent plus un tabou ni une fatalité. Le bégaiement est considéré comme un trouble. On parle de pathologie lorsqu’il y a infection de la voix. En ce moment il faut analyser le gène responsable de l’infection. L’orthophoniste prodigue des conseils à tout le monde.