Boko Haram: Aliko Dangote investit dans la culture du riz au Nord du Nigeria et réduit le terreau de recrutement

 La filiale rizicole du groupe Dangote va développer d’ici fin 2017 des exploitations pour environ 25.000 Ha pour la culture du riz au Nord du Nigeria. Il s’agit notamment des états de Sokoto pour 10.000 ha, de Zamfara (10.000 ha) et Jigawa (5000 ha).

Cette annonce a été faite samedi à Lagos par le président du groupe éponyme, Aliko Dangote. Comme tout investissement économique productif, celui -ci permettrait de créer de la valeur ajoutée. Mais surtout, cet important investissement au Nord du Nigeria devrait assurerait à cet important pays africain (plus de 150 millions d’habitants) la résorption autonome d’une bonne partie de ses besoins en consommation de riz. 4 millions de tonne de déficit de la production du riz ,denrée alimentaire très demandée sur l’ensemble du continent africain et dont les importations affectent l’équilibre de la balance commerciale de nombreux États nationaux, la production nigériane en 2015 était de 2,3 millions de tonnes. La demande nationale pour la même période était, selon le ministère nigérian de l’agriculture, de… 6,3 millions de tonnes ! Soit un déficit de 4 millions de tonnes essentiellement couvert par les importations et la contrebande.

Abubakar shekau, leader de Boko Haram; Moins de terrain pour les exactions désormais !

L’objectif de Dangote Group est de produire dans les 3 Etats du Nord pendant les 5 prochaines années, d’ici 2022 donc, 16% de la demande nationale nigériane en riz. Et ainsi contribuer avec une production totale de 1.000.000 de tonne à réduire la dépendance extérieure de ce grand pays africain pour ce produit alimentaire de consommation courante. Outre ce challenge économique, il y a un énorme défi social. Ce projet permettrait davantage de fixer les populations rurales dans leurs campagnes. Ainsi 50.000 paysans (de petits producteurs) seront regroupés dans des coopératives de production dans le cadre de ce projet Dangote. 260 emplois supérieurs et d’encadrement seront aussi créés notamment dans l’agronomie, les gestionnaires de crédit et autres staffs. Réduire la dépendance aux importations ainsi que le terreau de l’insécurité d’un point de vue stratégique mais surtout de la sécurité nationale et régionale, c’est ainsi un important levier destiné à réduire, à défaut d’éradiquer/couper à moyen terme, les filières de recrutement facile pour les nébuleuses terroristes dont la plus connue est Boko Haram.

Outre en effet le prosélytisme religieux de ces sectes fanatiques et criminelles, Boko Haram prospère, selon nombre d’analystes sérieux, sur le terreau de la déshérence sociale marquée notamment par une pauvreté endémique et apparemment longtemps entretenue dans les régions rurales du Nord du Nigeria et ses environs, notamment dans l’ensemble du bassin du lac Tchad.

Alex Gustave Azebaze Email:agazebaze@gmail.com Tel:+237677528757