Un conseil d’administration pour débarquer le DG de Camair-Co.

Selon des sources dignes de foi, sauf changement de dernière heure, un conseil d’administration extraordinaire de la compagnie aérienne camerounaise est prévu le jeudi 13 avril prochain dans un palace de la ville de Yaoundé.

Comme deux larrons en foire, le ministre des transports Alain Mebe Ngo’o et le Dg de Camair-Co, Ernest Dikoum, occupent depuis quelque temps la scène médiatique nationale. Au point de donner l’impression à certains observateurs qu’ils sont particulièrement hantés par le plan de relance préparé par Boeing. En effet, après son dernier séjour en Arabie Saoudite, où il se fait accompagner par le Dg Ernest Dikoum, piétinant allègrement au passage les dispositions réglementaire ( loi N0 99/016 du 22 décembre 1999 portant statut général des établissements publics et des entreprises du secteur public et parapublic en ces articles 41 et 51, statuts de la Cameroon Airlines Corporation « Camair-Co » en son article 29 relatif au pouvoir du conseil d’administration), Edgard Alain Mebe Ngo’o  a certainement voulu jouer les rattrapages en associant cette fois-ci son ministre délégué, Mefiro Oumarou, le 31 mars dernier, au cours d’une audience accordée à René Cremonese, le haut-commissaire du Canada au Cameroun.

Une fois de plus, le plan de relance de Camair-co était sur la table des échanges, avec au menu la négociation pour l’acquisition des avions bombardiers de type Q-400. Au niveau des hautes instances de la République, nos sources généralement très bien informées indiquent que le Président Paul Biya suit particulièrement tout ce qui se passe à Camair-co. Est-ce ce qui l’aurait alors poussé à instruire le conseil d’administration extraordinaire du 30 octobre 2016? On est tenté de le subodorer.

Toutefois, même si rien ne filtre encore sur l’ordre du jour de ce conseil d’administration extraordinaire annoncé pour jeudi prochain, dans l’entourage d’Edgar Alain Mebe Ngo’o particulièrement disert sur la question, l’on n’arrête pas de pérorer sur un éventuel limogeage d’Ernest Dikoum. Plus précis, nos informateurs indiquent que le ministre des transports aurait même fait des propositions des noms allant dans ce sens au chef de l’État, lui qui est devenu un Pca de fait de Camair-co. Mis au courant de la tenue ce jeudi 13 Avril de ce conseil d’administration de Camair-co, et des sources proches de l’entourage de l’ancien Dg, ce dernier aurait commencé à manifester beaucoup de fébrilité. D’ailleurs, certains de ses proches lui auraient conseillé de quitter le Cameroun. Va t-il suivre leur conseil ou va t-il stoïquement attendre la tenue du conseil d’administration de jeudi prochain ? Difficile à dire au regard de la frénésie observée dans son proche entourage pendant le week-end.

Prétentions

L’on en vient donc à se demander pourquoi Edgard Alain Mebe Ngo’o voudrait aujourd’hui se séparer d’Ernest Dikoum présenté pourtant à tort ou a raison après sa nomination comme son protégé. Une question pouvant en cacher une autre, Edgard Alain Mebe Ngo’o aurait-il enfin prêté une oreille bienveillante sur tout ce qui se dit autour de l’actuel Dg? On peut également le penser. Dans les milieux proches du personnel de Camair-co, des langues qui se délient, l’on apprend que quelques mois seulement après la nomination d’Ernest Dikoum, la situation financière et l’organisation de la compagnie s’étaient considérablement détériorés. Au sein de la compagnie aérienne, l’on se demandait même si Edgard Alain MebeNgo’o ne s’était pas tout simplement trompé sur la personne d’Ernest Dikoum dont les mérites avaient été vantés en mondovision lors de sa prise de fonction. Certains cadres qui maitrisent bien le fonctionnement de la Camair-co ne comprenaient pas par exemple que le chiffre d’affaires mensuel qui avoisinait les 2,5 milliards de FCFA sous l’ère Nana Sandjo soit passé en un laps de temps à 200 millions de FCFA.

L’on ne justifiait pas par exemple pourquoi le top management avait prescrit la fermeture de la ligne Douala- Paris qui rapportait jusqu’ici plus de 70% du chiffre d’affaires, la fermeture des destinations rentables comme Abidjan, Lagos, Libreville, Malabo ou encore Cotonou pour ne citer que celles la? Pire indiquent nos sources, il est même arrivé que sur 5 avions de la compagnie, que 2 seulement soient en service. Le personnel de Camair-co est arrivé à la fin à conclure que le management actuel de leur compagnie est plus approximatif. Qu’Ernest Dikoum conduisait tout simplement leur compagnie au crash. Du coup, certaines mauvaises langues, sans  pourtant autant apporter des preuves de leurs allégations, n’ont plus hésité à émettre des doutes sur le cursus académique d’Ernest Dikoum. Et surtout qu’il  serait détenteur d’un passeport américain. Ce qui les étonne d’avantage, ce sont les prétentions salariales d’Ernest Dikoum jugées trop élevées. On parle de plus de 15 millions de FCFA. Ce qui correspond en réalité a celui d’un Dg expatrié.

Plus grave pour ces gens de l’entourage du Mintrans, jusqu’aujourd’hui l’on continue à attendre indéfiniment des éléments probants de cet impressionnant CV qui avait visiblement motivé la signature du contrat de travail d’Ernest Dikoum. Dans d’autres milieux, cette fois proches de la compagnie aérienne camerounaise, l’on présente par contre Ernest Dikoum comme un expert en art culinaire. Alors question : où est le lien entre le transport aérien et l’art culinaire ? La réponse est vite trouvée par les mêmes : cette spécialité fait recette dans le transport aérien. A n’y rien comprendre. A tout le moins, l’argument qu’avancent les détracteurs actuels du Dg de Camair-Co met à l’index la forte influence des réseaux ayant été mis en branle pour positionner cet ancien représentant de la compagnie Emirates en Afrique de l’Ouest. Pour eux, c’est un individu au parcours nébuleux. Et parmi les membres de ces réseaux, figure curieusement en très bonne place Edgard Alain Mebe Ngo’o qui l’avait invité au mariage de son fils à Zoétélé quelques jours seulement avant sa nomination à Camair-Co.

Alors question : un jour nouveau va-t-il enfin se lever à Camair-Co avec la tenue ainsi annoncée de cette session extraordinaire du conseil d’administration ? Wait and see.

Source : La Nouvelle