Google fait face à une nouvelle enquête de l’UE pour forcer les OEM Android à utiliser Google Assistant

0
163

Google fait face à une nouvelle enquête antitrust sur les réglementations de l’UE pour « forcer éventuellement » les fabricants de smartphones à utiliser Google Assistant comme assistant vocal par défaut sur leurs appareils. Cette nouvelle est basée sur un tweet de Mlex rapporté Sam Wilkin, et Google n’a pas encore commenté la situation.

Plus de détails sur cette situation sont actuellement rares, mais quelque chose comme cela n’est pas vraiment une surprise. En juin, les régulateurs antitrust de l’UE se sont montrés préoccupés par la domination du marché par Siri d’Apple, Alexa d’Amazon et Google Assistant.

Samsung pousse le Galaxy S21 One UI 4.0 bêta à une date inconnue

Google est à nouveau dans l’eau chaude pour obliger les fabricants de smartphones à utiliser Google Assistant comme assistant vocal par défaut

Les régulateurs ont affirmé que de nombreux répondants s’étaient inquiétés de l’exclusivité et des pratiques liées, telles que les fournisseurs d’assistants vocaux empêchant les fabricants d’installer un assistant vocal concurrent sur leurs appareils intelligents. En outre, de nombreux répondants ont également exprimé des inquiétudes quant à la promotion de Google, Apple et Amazon de leurs propres services, ce qui restreindrait les concurrents et les grandes quantités de données auxquelles ces entreprises ont accès, ce qui, nous le savons tous, peut être effrayant.

Cela ne s’arrête pas là, car les régulateurs européens ne sont pas non plus satisfaits de la façon dont ces appareils disponibles sur le marché de la maison intelligente manquent cruellement d’interopérabilité. La Commission européenne devrait soumettre son rapport final sur l’enquête sur l’assistance vocale et les appareils connectés à Internet au cours du premier semestre 2022.

Une amende de 10 milliards de dollars a déjà été infligée à Google par la Commission européenne pour abus de position dominante sur le marché. En 2018, les régulateurs de l’UE ont imposé à Google des frais de 5 milliards de dollars pour avoir forcé les fabricants de smartphones à précharger ses services tels que Search et Maps sur les téléphones et tablettes Android. Nous nous attendons à ce que Google conteste la dernière amende lors d’une audience qui aura lieu plus tard ce mois-ci.