Henri Lopez : « Je me suis toujours exprimé librement »

A 80  ans,  l’écrivain congolais n’a pas perdu de sa verve. Présent à la 2ème édition du Festival « Lire à Douala » qui s’est tenue du 07 au 10 février dans la capitale économique, il s’est confié à Info-cameroun.com.

Vous êtes considéré comme le doyen de la littérature négro-africaine aujourd’hui, qu’est que cela vous fait de vous retrouver au milieu de vos jeunes confrères Kidi Bebey, Marc Alexandre Oho Mbambè, Marie Lissouk,… dans le cadre d’une manifestation comme  Lire à Douala ?

Ça me rajeunit et ça me fait plaisir. Je n’ai rien à leur apprendre. Je fais équipe avec eux. Car, ils ont une autre inspiration, un autre style et c’est tant mieux. Il ne faut pas refaire ce que les ainés ont fait.

Quelle différence faites-vous entre la littérature africaine d’hier et celle d’aujourd’hui ?

Ça c’est un sujet de thèse. Je pense qu’elles sont en continuité. Il y a une évolution qui est tout à fait normale et nous devons la suivre. C’est important pour nous de la génération d’avant et pour dialoguer avec les jeunes parce qu’entre écrivains, il n’y a pas d’âge. Nous avons tous le même âge.

Quel doit être le rôle de la littérature aujourd’hui dans une Afrique en pleine mutations ?

Comme toutes les littératures de tous les temps. Lire pour moi, c’est comme faire sa prière. Et la littérature est assez structurée pour se poser de bonnes questions, en plus à s’approfondir et être moins superficiels.

Vous êtes présenté comme écrivain, homme politique et diplomate. Laquelle de ces trois appellations vous convient la plus ?

De toutes j’ai appris. Mais celle où je me sens mieux est celle d’écrivain. Bref, celle d’artiste.

Est-ce qu’il vous a toujours été facile de concilier ces multiples occupations ?

Ah non ! Mais je suis à la retraire maintenant. Et ma seule occupation est l’écriture.

Lorsque vous étiez en activité, avez-vous un ton libre dans vos écrits ou vous étiez,  de par vos différentes fonctions,  contraint à une obligation de réserve ?

Je me suis toujours exprimé librement.