La sortie d’un jeu cross-gen comporte de nombreuses contraintes techniques, selon Compulsion Games

0
223

Le studio montréalais Compulsion Games a rejoint Xbox Game Studios en 2018, comme vous vous en souvenez peut-être, aux côtés de Ninja Theory, Undead Labs, The Initiative et Playground Games. Peu de temps après, le studio a sorti We Happy Few en accès anticipé, et le jeu est finalement apparu sur Game Pass également.

Dans une nouvelle interview avec le site français Xbox Squad, la responsable des relations publiques Naila Hadjas a parlé de rejoindre le Game Pass comme quelque chose qui n’avait pratiquement aucun inconvénient.

La réduction des jeux PS5/XSX au matériel PS4/XO d’origine est plutôt difficile pour les développeurs, déclare Linneman de DF; L’ancien ingénieur DICE confirme

Cependant, elle a souligné que devoir sortir des jeux sur des plateformes intergénérationnelles telles que Xbox One et Xbox Series S|X aurait en effet de graves contraintes techniques.

Non, aucun impact négatif. Positif, oui. Nous voulons que le plus de personnes possible accèdent à nos jeux.

Sur We Happy Few par exemple, au départ nous n’allions le sortir que sur Steam. Et petit à petit, il s’est ajouté à ID@Xbox puis Playstation à l’époque. Ce que nous voulons vraiment, c’est que les gens puissent jouer à notre jeu. Et le fait qu’il soit sur Game Pass signifie que plus de gens pourront y jouer.

Il n’y a pas vraiment de côté négatif.

La seule chose qui peut avoir un impact négatif est la sortie des studios sur plusieurs consoles. Par exemple Xbox One et Series. Il y a beaucoup de contraintes techniques. C’est une version du jeu qui doit fonctionner sur les deux même s’ils n’ont pas la même puissance.

Ce n’est pas surprenant pour quiconque est suffisamment féru de technologie pour le comprendre, mais généralement, les développeurs de jeux ont tendance à minimiser cet argument et à déclarer que rien du tout n’est perdu dans la création d’un jeu cross-gen. C’est totalement faux, cependant, et avec tant de jeux cross-gen à venir (y compris de grandes exclusivités propriétaires comme Halo Infinite, Horizon Forbidden West, God of War Ragnarok et Gran Turismo 7 pour n’en nommer que quelques-uns), c’est rafraîchissant pour voir au moins un développeur parler clairement.

La responsable des relations publiques de Compulsion Games, Naila Hadjas, a également discuté de l’augmentation des ressources disponibles pour le studio maintenant qu’il fait partie de la famille Xbox.

Ça change qu’on a les moyens d’embaucher des gens, on peut se permettre d’emménager dans des studios plus confortables. Cela nous donne aussi beaucoup de ressources, par exemple la recherche.

On va écrire, faire des recherches, et il y a (chez Microsoft) beaucoup de départements qui vont nous aider à approfondir nos études, nos recherches sur les gens, diverses choses.

Ils ont des départements qui vont nous dire si la direction que nous prenons est la bonne ou nous mettre en relation avec des personnes qui pourront peaufiner le projet et s’assurer que ce que nous faisons est cohérent.

C’est aussi parce qu’il y a d’autres studios Microsoft avec qui nous parlons souvent. Nous pouvons échanger des idées, demander des conseils. Il existe tout un système de support chez Microsoft qui nous aide à améliorer notre jeu. C’est quelque chose que nous n’aurions pas eu en tant qu’indépendant.

Selon Hadjas, Compulsion Games a commencé le développement de son prochain projet début 2019 et bat maintenant son plein. Ce sera un jeu à la troisième personne axé sur la narration qui reste fidèle à l’héritage du studio de jeux « loufoques » après Contrast et We Happy Few.