Connect with us

Economy

L’Europe attend une deuxième vague, selon l’agence européenne

Published

on

L'Europe attend une deuxième vague, selon l'agence européenne

L’Europe doit se préparer à une nouvelle vague du nouveau coronavirus, a averti la directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), Andrea Ammon, lorsque de nombreux pays ont commencé à découvrir des financements.

La question n’est pas de savoir s’il y aura une nouvelle vague de pollution, mais “quand et dans quelle mesure”, a déclaré Andrea Ammon dans une interview accordée au quotidien britannique jeudi. Le gardien.

“Le virus nous entoure et circule beaucoup plus qu’en janvier et février”, a-t-elle expliqué, soulignant que les chiffres concernant l’immunité de la population n’étaient pas encourageants: “85% à 90%” reste exposé à la maladie de Covid-19. “Je ne veux pas brosser un tableau désastreux, mais je pense que nous devons être réalistes. Ce n’est pas le moment de se détendre complètement”, a-t-elle ajouté.

L’Europe est le continent le plus touché par la pandémie, avec près de 2 millions de cas, dont 169 932 sont mortels, principalement au Royaume-Uni, en Italie, en France et en Espagne, selon un récent recensement créé jeudi par l’AFP. Au total, la planète a franchi le cap des cinq millions de cas, dont 328 220 décès.

“Les gens pensent que c’est fini, mais ce n’est pas le cas”

Le Centre de prévention, une petite agence de l’UE basée en Suède qui joue un rôle consultatif dans la lutte contre les maladies infectieuses, a déclaré début mai que “la première vague de transmission a atteint un niveau élevé” avec une baisse des nouveaux dans la plupart des pays de l’UE.

Alors que de nombreux pays européens ont commencé à lever les restrictions sur la déconfinance, Andrea Ammon estime qu’une autre vague ne sera pas nécessairement catastrophique si les gens continuent de suivre les règles de l’éloignement.

Fatiguée des restrictions, en particulier “maintenant que nous pouvons clairement voir (les infections) baisser, les gens pensent que c’est fini. Mais ce n’est pas le cas”, a-t-elle averti. Les gouvernements ont “sous-estimé” la propagation du virus au début de la crise, à laquelle les chutes de neige dans les Alpes ont contribué début mars, a-t-elle déclaré.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending