Les panneaux solaires ne font pas courir

Les organisateurs d’un salon international sur les énergies propres et l’environnement ont pourtant relevé qu’au cours d’une année, comparativement à ce qu’on paie à la société de distribution de l’énergie électrique, il est plus économique d’avoir un panneau solaire.

La société Energyzon a organisé à Douala la 2e édition du salon international sur les énergies propres sous le parrainage du ministère de l’environnement, de la protection de la nature et du développement durable. Energyzon est une entreprise basée en Aix en Provence en France depuis sa création en 2014. Pendant deux jours, les participants venus du Tchad, du Sénégal, du Gabon, du Burkina Faso, du Maroc, du Portugal, de la Belgique et de la France ont assisté à des conférences et des présentations en rapport avec le thème du salon qui portait sur la « valorisation des énergies propres de proximité par la collaboration ».

Jean-Pierre Fyot, président d’Energyzon, organisateur du salon et le Pr Médard Fogue de l’Institut Universitaire de Technologie «Fotso Victor», en leur qualité de personnes ressources ont donné d’amples informations et présenté aux participants quelques-unes de leurs réalisations. On a surtout apprécié les panneaux solaires et autres éoliennes exposés dans des tentes que les visiteurs ont eu le privilège de contempler.

Selon les organisateurs de ce salon, il s’agissait d’une rencontre énergétique, un salon au cours duquel l’esprit de recherche a prévalu à l’instar des articles présentés par la société Africa Solar Energy. L’importance de ce salon était d’autant plus avérée que le Cameroun est coutumier des coupures intempestives de courant électrique. Selon les organisateurs, les camerounais gagneraient à opter aussi pour les énergies propres au regard du rapport qualité prix et de la garantie qu’offrent ces produits.

«Les gens ont toujours pensé que les panneaux solaires sont chers et ne peuvent être à la portée du camerounais moyen. Mais au final, on se rend compte qu’on est gagnant sur le long terme. On a des modules qui sont garantis pour au moins 25 ans. Si on veut utiliser des batteries, celles-ci donnent une garantie de 3 à 5 ans. Tous calculs faits comparativement à ce qu’on paye à Enéo (société de distribution du courant éléctrique) au cours d’une année, il serait préférable d’avoir son panneau », a déclaré Arlette Bilounga, responsable d’Africa Solar Energy.

Les visiteurs ont apprécié des kits de 12 à 24 volts de type Isibane pour pompe à eau, téléphones, ventilateurs, machines à café ; des kits de 220 volts de type Mwinda adaptés pour des besoins modestes de stockage d’énergie utiles pour la lumière, le petit électroménager, les ordinateurs. Mais également des kits robustes de type Tile avec une grande capacité de stockage d’énergie ainsi qu’une injection au réseau.

Le Ministère des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa) a profité du salon pour encourager  les chercheurs afin qu’ils valorisent davantage les travaux de leur recherche. Il a invité les investisseurs et responsables camerounais de petites structures à s’inspirer de l’exemple du Burkina Faso où les énergies propres sont particulièrement développées.

Frank Pipert