Les parlementaires Rdpc du Nord-Ouest demandent la libération des personnes interpellées

Cette exigence fait partie de la dizaine de recommandations que les représentants du peuple ont adressées au gouvernement.

Les sénateurs et députés du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), parti au pouvoir, de la région anglophone du Nord-Ouest se sont réunis le 15 février à Bamenda. Ils ont penché sur la crise qui sévit dans la région avec la fermeture encore évidente de certaines écoles et l’appel de la population à la libération des personnes arrêtées lors des manifestations de violence.

Les échanges ont abouti sur une liste de dix doléances adressées au gouvernement parmi lesquelles la libération immédiate des personnes encore en détention, l’accélération du processus de décentralisation et l’appel des parents pour le retour des enfants à l’école.
Selon le Ministre de la communication, Issa Tchiroma, 27 personnes sont encore détenues après la libération de 21 autres en pleine crise. Ces manifestants sont poursuivis pour rébellion en groupe, sécession, insurrection, entre autres a indiqué le ministre de la communication au cours d’un point de presse à Yaoundé.

Issa Tchiroma a par ailleurs indiqué que le tribunal militaire de Yaoundé est compétent pour intervenir sur l’étendue du territoire, pour répondre à la question sur la déportation des prévenus de Bamenda à Yaoundé.