Solidarité: Paul Biya préside le prochain défilé du 20 Mai à Maroua !

A cette occasion, le Président de la République en compagnie des leaders d’opposition devrait faire une descente au front pour galvaniser les troupes et marquer la solidarité des milliers de victimes de la guerre contre la secte islamiste Boko Haram.

C’est l’une des recommandations de l’Ong internationale “International Crisis Group” contenue dans son ènieme rapport sur la guerre contre le terrorisme méné par le Cameroun. Publié le 16 novembre 2016, ce rapport intitulé ” Cameroun: faire face à Boko Haram“, cette Ong qui décrit l’extrême nord comme la région la plus pauvre du pays fait une litanie de recommandations au gouvernement et aux bailleurs de fonds notamment.

Selon cette organisation, tous les membres de Boko Haram ne doivent pas être traités au même pied d’égalité . ”  Encourager les autorités sécuritaires et judiciaires à distinguer les membres de Boko Haram en fonction de la gravité des crimes dont ils sont accusés, et de leur degré d’implication au sein du mouvement, bien que ces distinctions ne soient pas toujours faciles à opérer ; s’assurer que les suspects et détenus sont traités de façon juste et en accord avec le droit international ; et soutenir la mise en place d’un programme de « justice réparatrice », ayant un volet de réinsertion sociale, pour les membres recrutés de force, les informateurs et petits logisticiens, non suspectés d’abus graves des droits humains.” 

International Crisis Group qui dans un précédent rapport avait indiqué que le Cameroun risque une déstabilisation si Paul Biya se présentait en 2018 fait savoir que la solution à la crise sécuritaire actuelle passe également par le déplacement du Président de la Republique vers le front.

” Organiser une visite du président de la République, des dirigeants de l’opposition et de la société civile dans les départements de l’Extrême-Nord ciblés par Boko Haram et le prochain défilé du 20 mai à Maroua. Cette visite serait l’occasion de lancer un programme de renforcement de la cohésion sociale et des liens inter communautaires, en particulier pour lutter contre la stigmatisation de certaines communautés perçues comme proches de Boko Haram.”

Après le récentes critiques des Ongs internationales vis à vis du Cameroun portant sur les violations des droits de l’homme par les forces de sécurité, le gouvernement a organisé une visite guidée du représentant local de International Crisis Group au Cameroun, au terme de laquelle il a produit ce rapport “amical”.